Mes astuces en cas d’intoxication au gluten

Pas de recettes pour moi aujourd’hui. Vous vous en doutez, j’ai mangé du gluten et je ne suis pas en forme c’est le moins qu’on puisse dire ! Vous vous demandez quelles sont mes astuces de cœliaque en cas d’intoxication au gluten ? Je vais essayer de détailler mon mode opératoire quand je mange accidentellement du gluten. Avant tout, il est très important pour moi de vous indiquer que comme d’habitude, je ne peux pas vous donner des conseils médicaux. Je ne suis pas compétente, il faut donc absolument consulter votre médecin en cas de doute. De la même façon, les symptômes que je décris ici, sont mes symptômes en cas d’intoxication au gluten. Chaque coeliaque réagit différemment quand il consomme du gluten, il est donc impossible de faire de mon cas une généralité.

Mes petites astuces, je les ai trouvées au fur et à mesure de mes intoxications. Elles fonctionnent sur moi mais ne sont pas forcément adaptées à tous. Il faut toujours demander l’avis de votre médecin avant de prendre toute mesure diététique. Malheureusement, je n’ai pas la solution miracle qui me permette de manger du gluten sans aucune conséquence. Bien au contraire, dans ce cas, mon corps réagit de façon très violente. Voici donc les conseils que j’essaie de suivre en cas d’intoxication au gluten.

intoxication au gluten

Mes symptômes en cas d’intoxication au gluten:

C’est sûrement la partie la moins glamour du blog mais au final nous sommes tous humains. Après avoir mangé du gluten je frôle en général la pire gastro de ma vie. Mon corps essaie par tous les moyens de se séparer du gluten. J’ai de gros problèmes digestifs (diarrhées importantes, vomissements, ballonnements, mes intestins se tordent dans tous les sens). Je fais des poussées de fièvre, je tremble comme une feuille. En général ça se poursuit par une migraine de plusieurs jours.

Mes crises digestives durent entre 24h et 48h puis j’ai des maux de ventre pendant plusieurs jours voire semaines. Je perds complètement l’appétit, pas très étonnant aux vues de mes dernières journées. Il me faut toujours du temps pour m’en remettre.

Patience, patience…:

Sûrement le meilleur conseil et aussi le plus douloureux. Et oui, il faut prendre son mal en patience, écouter son corps, beaucoup se reposer et retourner progressivement à une vie normale.

Une diète pour ménager ses intestins:

Comme pour les gastros, quand je suis en crise, je fais attention à ce que je mange pour ne pas aggraver la situation. Les diarrhées du cœliaque sont dites exsudatives. Comme la muqueuse intestinale est altérée, il y a libération de protéines et de sang dans les intestins. Ceci provoque une libération d’eau qui augmente le contenu en eau dans les selles et ces joyeux symptômes que l’on connait tous. De plus, l’altération de la muqueuse empêche l’absorption intestinale des nutriments et il est important d’essayer de limiter la casse. En ce qui me concerne voilà comment je procède:

  • Je mange au moins 3 à 4 fois par jour en petites quantités pour faciliter l’absorption intestinale.
  • Je mange des protéines: uniquement de la viande maigre pour compenser les pertes et éviter le gras qui n’arrange rien.
  • Je mange des féculents raffinés: en général du riz blanc (les pâtes sans gluten sont riches), cela apporte les glucides nécessaires sans trop apporter de fibres qui accentuent le transit intestinal.
  • Je mange des légumes cuits: carottes, courgettes en général pour se réhydrater et apporter des minéraux essentiels.
  • Je mange des fruits cuits: banane, poire, pomme et coing en compote.

Une ré-hydratation primordiale :

En cas de diarrhées et de vomissements, il est très important de boire et de s’hydrater pour compenser les pertes en eau et en minéraux.

  • Je bois beaucoup d’eau pour me rehydrater.
  • Je bois de la tisane (camomille, oranger) pour apaiser les douleurs digestives et compenser les pertes en minéraux.
  • Je bois des bouillons (pas trop gras) pour compenser les pertes en minéraux et se réhydrater.

Ce que j’évite de manger pendant une intoxication au gluten:

Pour faciliter la cicatrisation de la muqueuse intestinale et éviter d’empirer les symptômes, j’évite les irritants.

  • Je mange quelques temps sans lactose pour éviter d’irriter encore plus la muqueuse.
  • Je limite les lipides et les sucres rapides pendant la crise.
  • J’évite les irritants: moutarde, poivre, cornichons, vinaigre…

Dans tous les cas, si les symptômes persistent je vais consulter un médecin.

Pour finir, du repos, du repos et encore du repos, surtout entre les crises intestinales ! Parfois je suis tellement épuisée que je me fabrique un cocon douillet dans ma salle de bain avec tous les coussins et les couvertures que je trouve, parce que je suis tellement fatiguée que je m’endors  debout entre les crises intestinales. Ça peut paraitre extrême mais ça m’évite de courir partout alors que je n’en ai pas la force. On est tous passés par là un jour et ça finit toujours par s’arranger. Il faut rester positif !

Le dernier conseil que je peux vous donner c’est d’essayer d’identifier la cause de la crise, qu’est-ce que vous avez mangé qui a bien pu vous rendre malade ? Cela évitera de faire la même erreur deux fois. En ce qui me concerne pour cette fois, c’est la sauce bolognaise que j’ai achetée qui devait contenir du gluten.

Bon courage à tous !

Et vous quelles sont vos astuces en cas de crise ?

Vous voulez en savoir plus :

 

Enregistrer

Enregistrer

Was last modified 9 novembre 2017 by Mathilde

39 commentaires à propos de “Mes astuces en cas d’intoxication au gluten”

  1. Ça ne résoudra pas l’intégralité des problèmes, mais une petite bouillotte sur le foie va l’aider à faire son travail, faciliter la digestion et réduire les douleurs 😉
    10 petites minutes en étant allongé après chaque repas !

  2. Pour les quelques fois où ça m’est arrivé, en vrac les conseils et compléments alimentaire qui m’ont aidé :

    -Curcuma en gélules à chaque repas (par exemple la marque nutriting), ça diminue l’inflammation
    -Manger plus d’oméga 3
    -Glutamine (pour réparer l’intestin)
    -Boire beaucoup d’eau
    -Boisson chaude (Thé vert…)
    -Manger en petite quantité
    -Jus d’Aloe Vera (pas testé)
    -Consommer du Gingembre (infusion… )
    -Manger de l’artichaut
    -REPOS

    • Merci beaucoup pour cet échange d’astuce, je vais les tester si l’occasion se présente 🙂 c’est vrai que le curcuma et le thé fonctionnent bien sur l’appareil digestif 🙂 ! Belle journée à vous.

      • oui! ici la glutamine est le soulagement n°1. Pour ma fille qui a les mêmes réactions, nous ouvrons une gélule de glutamine mélangée dans du miel. Merci pour cet article qui m’apporte de bons éclairages sur l’état de fatigue qui peut littéralement terrasser ma fille et que je ne comprend pas toujours. Et m’aide aussi. Je vais lire cet article avec elle, elle se sent très seule surtout lors de ces « crises » qui peuvent être très violentes.

        • De rien je suis ravie si cet article peut vous aider 🙂 au moins j’ai l’impression de ne pas être malade pour rien. Je comprends votre fille, c’est vrai que je me sens très seule aussi dans mes crises, elles sont violentes et c’est à chaque fois un vrai traumatisme pour le corps. C’est parfois tellement violent que les gens ne comprennent pas. Des fois je suis même très dure avec moi-même en me disant mais pourquoi tu vas pas mieux ? Mais pourquoi c’est si violent ? Est-ce qu’il n’y a pas un côté psycho qui rajoute quelque chose ? Et puis finalement quand ça passe après quelques jours, je me rends bien compte que je saine de corps et d’esprit et que non c’est vraiment comme ça et que ça ne sert à rien de culpabiliser. Cette fatigue est tout à fait normale je vous rassure, elle peut durer très longtemps après une crise violente (jusqu’à plusieurs semaines). C’est difficile le regard des gens dans cette situation car personne n’aime être malade alors quand cela arrive en public ce n’est pas simple et puis les jugements de ceux qui pensent que c’est la mode aussi. Heureusement dans l’entourage familial on a parfois la chance de trouver du réconfort et un cocon de douceur qui nous donne le droit d’être malade et qui est vraiment primordial pour la guérison et pour réussir à remonter la pente quand on est confronté à des crises de cette violence. Nous vivons dans une société où être absente (à l’école, au travail) quand on est vraiment malade, ce n’est pas très bien vu alors on n’a jamais le temps de récupérer comme il faudrait et du coup la fatigue dure encore plus longtemps. Personnellement après une crise je ne peux parfois pas manger correctement pendant plusieurs semaines et même des mois (ma dernière crise date de février et je ne digère toujours pas les légumes crus) alors c’est difficile de comprendre de l’extérieur. Je pense que chacune des positions est délicate, celle du malade et celle des proches qui ne vivent pas la situation de l’intérieur et qui souhaite voir leur proche aller mieux plus que tout. Cette position d’impuissance pour aider l’autre doit être compliquée à vivre aussi je pense.
          En tout cas, je vous souhaite à toute les deux de vivre le moins de crises possible et j’espère que votre fille se sent bien mieux depuis le début du régime en dehors de ces crises !
          Je suis de tout coeur avec vous !
          Bises,
          Mathilde

  3. Moi j’ai très peu de symptômes quand j’en mange. juste un peu mal au ventre, quelque gaz et mal au articulations du genou. en quelque jours tout disparaît…
    Mais le seul remède est la patience…

  4. Merci pour ces bons conseils.j ai exactement les mêmes symptômes en cas de crise….c est horrible et très douloureux.

    • Merci pour ce témoignage, j’espère du fond du coeur que ces petites astuces vous aideront dans ces moments pas très agréables 🙂 ! Si vous en avez d’autres n’hésitez pas je suis preneuse 🙂 A très bientôt.

  5. Ça craint je fais pareil je me fais un lit dans la salle de bain quand ça me prend la nuit et j’attend que ça passe …

  6. Alors en cas de crise je prends du Propargile et un drainage du foie en phytothérapie. Couplé avec une diète Paléo que je suis habituellement idem pour le lactose que je bannis une bouillotte et des siestes. Tout ça m’évite d’être arrêtée car louper des jours de boulot c’est pas top non plus.

    • Merci beaucoup pour tes astuces ! Tu as tout à fait raison, ce n’est pas l’idéal de devoir rater le travail à cause de ça.

  7. Loin de vouloir douter de vos malaises, il me semble important de dire que cela reste extrême et c’est important de ne pas effrayer les malades.
    La maladie cœliaque est très différente selon l’individu, ainsi que le niveau de tolérance. Il est fort possible, dans la plupart des cas au moins, que l’ingestion accidentelle d’un peu de gluten passe inaperçue.
    Bien sur que les erreurs répétées sont néfastes pour les villosités, mais cette symptomatologie violente que vous décriviez reste exceptionnelle, fort heureusement. Une grande partie des maladies cœliaques sont d’ailleurs silencieuses. Bon courage.

    • Bonjour Marie,
      Merci beaucoup pour votre commentaire ! Je suis tout a fait d’accord avec vous, la maladie coeliaque est très différente selon les individus et bien sûr l’intoxication au gluten varie d’une personne à l’autre. Les maladies coeliaques sont très souvent silencieuses effectivement ce qui peut néanmoins poser problème. Les erreurs sont néfastes pour les villosités, à court terme si elles sont trop répétées, elles provoquent des carences chez tous les coeliaques (silencieux ou non) et à long terme elle peuvent entrainer l’apparition d’autres maladies auto-immunes ou de lymphomes (dans certains cas comme toujours en médecine). C’est pour cette dernière raison que j’ai choisi de ne jamais encourager les craquages dans le régime sans gluten pour les coeliaques, vous me comprendrez j’en suis sûre. Les erreurs sont humaines, nous en faisons tous, elles ne sont pas graves si elles restent des phénomènes isolés. Vous me comprendrez aussi de faire la distinction entre les erreurs et les craquages.

      Une partie de votre commentaire me fait néanmoins réagir. En aucun cas, à n’importe quel moment où j’ai écris sur mon blog, je ne pense avoir effrayé les malades. Ce n’est ni mon but, ni les retours que j’ai eu jusqu’à présent sur mon activité. J’ai toujours pris le temps de bien expliquer que ce que j’écris ne se rapporte qu’à mon cas, que je ne fais pas de généralité. C’est une chose que j’ai apprise et que je mets un point d’honneur à respecter. Vous noterez que dans chaque description des symptômes, j’ai pris le temps de préciser que se sont les miens « Mes symptômes en cas d’intoxication au gluten » et pas ceux des autres.

      Je suis bien désolée si mes malaises et mes ressentis en cas de crise vous portent préjudices ou vous effraient et bien heureuse pour vous si vous n’êtes pas confrontée à ce genre de malaises. Malheureusement même si comme vous dites de nombreuses personnes sont silencieuses, d’autres ne le sont pas. Je fais partie de ces personnes et je pense qu’il n’y a pas de tabous à expliquer comment cette fraction des coeliaques réagit en cas d’intoxication. Cela permettrait d’éviter les remarques de personnes de notre entourage qui doutent de nos malaises et de nos douleurs ou qui ne les prennent pas au sérieux.
      En attendant je vous invite à vous mettre en relation avec l’Afdiag, l’association française des intolérants au gluten, afin de vous rendre compte par vous même que je ne suis malheureusement pas un cas si isolé que ça à avoir des douleurs aussi violentes après une intoxication et que les coeliaques non silencieux ne sont pas si rares non plus.
      Nous vivons dans un monde où comme vous l’avez très bien dit, il est difficile de faire d’un cas une généralité. Mais parfois quand on fait partie des cas dont on ne parle que rarement, on a besoin de faire entendre sa voix et de témoigner également pour ceux qui sont dans notre cas aussi. C’était le but de mon article, témoigner de mon cas personnel et donner mes astuces personnelles sans me substituer à un médecin, ni donner d’avis médical, ni diététique, ni de faire de mon cas une généralité.

      Je suis ravie que mes conseils ne s’appliquent pas à vous car cela signifie que vos souffrances en cas d’intoxication sont muettes ! C’est une chance et j’en suis très heureuse pour vous. Je vous présente mes excuses encore une fois si mon article vous a effrayé, ce n’était pas le but du tout et j’espère du fond du coeur que vous ne m’en tiendrez pas rigueur et que vous verrez à travers ma réponse ma bonne foi. Je vous souhaite une belle continuation, bon courage à vous.

      • Merci beaucoup de votre longue réponse, votre témoignage ne m’effraye pas du tout, et j’espère sincèrement que vos symptômes s’atténueront avec le temps. Je pense plutôt aux enfants, parents d’enfants cœliaques et adolescents qui viennent d’être diagnostiqués et fouillent sur Internet à la recherche des informations, qu’à mon avis doivent être transmises par/et seulement les médecins. Un blog est un moyen très intéressant de partager/raconter vos expériences et je vous félicite pour cette initiative, mais même si vous ne voulez pas influencer ou donner des conseils médicaux, cela finit par être le cas malgré vous.
        Vous affirmez par exemple que les erreurs diététiques répétées à court terme provoquent systématiquement des carences. C’est faux. Cela ne s’applique pas à tout le monde non plus et je ne parle pas de moi. Il y a des patients qui ont une atrophie très avancée et pourtant ne sont pas carencés. L’inverse arrive, bien évidemment: ceux qui n’ont pas d’atrophie et sont pourtant carencés! La Médecine n’est pas une science exacte.
        Bien évidemment je ne recommanderai jamais à un cœliaque, peu importe son niveau de tolérance, d’ingérer le gluten. Je connais très bien l’AFDIAG.
        Amitiés

        • Je comprends tout à fait votre réaction et je suis bien entendu ouverte à vos remarques :). Je suis d’accord avec vous sur le fait que seul un médecin peut donner des conseils médicaux et jamais je ne me permettrai de le faire. Vous pouvez chercher sur mon blog, vous ne trouverez pas de conseils médicaux. Vous me trouverez dire de consulter un médecin ou de faire les tests.
          Quand j’ai été diagnostiquée, j’ai eu la chance de me trouver en master de biologie pour pouvoir comprendre ma maladie car il n’y avait pas d’infos disponibles sur le Net, ni de médecin suffisamment informé dans ma région pour répondre à mes questions. J’ai donc écumé les rapports scientifiques de recherche et toutes les informations que je donne dans ce blog proviennent de là.
          Vous trouverez toujours des exceptions en médecine mais je pense que cela ne justifie pas la désinformation.
          Je serais tout à fait d’accord avec vous si je me permettais de donner de vrais conseils médicaux, de dire à des personnes qu’elles sont coeliaques sans avoir fait aucun test mais ce n’est pas le cas. Quand j’ai été diagnostiquée, j’ai été confrontée à un réel problème sur Internet de désinformation sur la maladie coeliaque surtout sur des forums médicaux qui je pense et je l’espère doivent aussi vous faire réagir car sur ces sites on trouve de réels problèmes de conseils médicaux tels que vous les décrivez.
          J’accepte totalement votre critique et je vous prie de ne pas me tenir rigueur de ne pas partager votre avis. L’AFDIAG a partagé l’article que vous commentez sur ses réseaux sociaux à ses abonnés donc je me dis que je ne dois pas faire les choses aussi maladroitement que ça. Je ne pense pas avoir la science infuse, je suis très maladroite régulièrement mais comme je vous le dis, je prends le temps de préciser dans chacun de mes posts faisant appel à mes connaissances de biologiste que je ne suis pas médecin et que mes lecteurs doivent s’adresser à un médecin pour toute question d’ordre médicale. Vous ne trouverez référence à ma qualité de biologiste que dans la rubrique « à propos » et à aucun moment je n’utilise ma profession comme un faire-valoir des informations que je donne.
          Dire que je bois beaucoup d’eau quand je suis malade à cause du gluten ne fait pas de moi quelqu’un qui diffuse des conseils médicaux. Vous trouverez la même information pour la gastro dans tous les magazines féminins cet hiver. Si je disais « buvez de l’eau quand vous êtes malades » ce serait différent et je serais totalement d’accord avec vous.
          De la même façon je me permets de dire que les erreurs diététiques répétées à court terme provoquent des carences parce que c’est actuellement une des conséquences du gluten chez les coeliaques retenue par la communauté scientifique et que je l’ai lu dans les publications des chercheurs sur la maladie coeliaque (et appris dans mes cours d’immunologie). Comme dans tous les domaines scientifiques, les choses ne sont ni blanches ni noires mais je préfère m’en tenir aux informations que je trouve dans des sources fiables qu’aux différents cas que j’aurais pu rencontrer sur les forums. Ce qui ferait de moi quelqu’un qui fait de la désinformation, ce qui n’est pas mon cas et ce que dans mon parcours professionnel je ne ferais pas non plus.

          Je pense que dire que les erreurs provoquent des carences de la même façon que vous dites qu’elles n’en provoquent pas sont des informations qui ont des conséquences. C’est une question de choix et j’ai choisi la prévention. C’est une très bonne chose si un coeliaque n’a pas de carences après avoir ingéré du gluten, mais que dites-vous aux autres (les plus nombreux) qui en ont ? Comment véhiculez-vous le message que manger du gluten quand on est coeliaque est dangereux si vous n’expliquez pas ses conséquences ? L’atrophie villositaire, carence ou non, est un symptôme à prendre au sérieux et je ne souhaite pas véhiculer sur le blog un message expliquant que parfois quand on a de la chance on a juste une atrophie villositaire. Parce que le « juste » peut faire toute la différence selon votre lectorat. Un adolescent qui a du mal à accepter son régime et a tendance à faire des écarts se dira que ce n’est pas grave. Or dans la plupart des cas (et je dis bien la plupart et non pas tous les cas), ces écarts ont des conséquences sur la santé.
          Je respecte à 100 % votre point de vue, je suis vraiment ouverte et si vraiment j’avais pensé qu’il manque une mention dans mon article, je vous assure que je l’aurais ajouté mais là que voulez-vous que je rajoute ? « Mon cas n’est pas une généralité  » ? Je veux bien l’ajouter si cela peut vous rassurer sur la perception que mes lecteurs vont avoir de mon article. Je suis de bonne foi mais je ne vois pas quoi faire de plus. Si vous avez des idées d’une mention que je pourrais rajouter n’hésitez pas 🙂
          Amitiés 🙂

          • Bonjour (-:
            Vos intentions sont bonnes et vous avez raison concernant la prévention, c’est le bon message à passer. Ma remarque concernait spécifiquement ce post. Ne vous prenez pas trop la tête, c’est mauvais pour la santé (-;

          • Merci beaucoup c’est vraiment gentil 🙂 Hihihi non non je ne me prends pas la tête, mais je voulais vraiment vous expliquer mes intentions afin qu’il n’y ait pas de malentendu et de pouvoir rectifier les choses si besoin. Vous avez eu raison de me faire cette remarque, au moins maintenant quand les gens liront ce post ils pourront voir votre commentaire qui est parfait pour nuancer mes propos 🙂

            Je vous souhaite le meilleur,
            A bientôt !

      • Un grand merci pour votre descriptif d intoxication au gluten. Je me sens moins seule et surtout je ne suis pas une dingue qui somatise.
        J ai été diagnostiquée coeliaque il y a 1 an.
        Et après 1 an sans gluten strict… hier, j ai pêché… plus jamais! Oh non plus jamais!
        La prise gastro de toute ma vie avec un doux mélange de grippe (Un petit 38, claquement de dent et maux de tête).
        J ai tout de même consulté… c est le gluten…
        Alors, effectivement chacun réagit différent… mais savoir que tel ou tel réaction est possible, reste un donnée rassurante lorsqu’elle se produit.

        • Bonjour Virginie, c’est moi qui vous dis un grand merci pour votre retour. J’espère du fond du coeur que vous irez très vite mieux et que vous allez vite récupérer. Cela arrive à chacun d’entre-nous dans notre parcours de coeliaque et c’est vrai que de savoir que l’on n’est pas seules ça peut aider. Moi ça m’aide beaucoup d’avoir vos retours aussi, même si on réagit différemment. Vous avez eu raison de consulter, c’est important surtout pour éviter les déshydratations.
          Je suis de tout coeur avec vous !
          Bises
          Mathilde

  8. Bonjour,
    J’ai appris que je suis Coeliaque depuis le mois de juin. Je suis toute nouvelle bien que je fasse mon régime avec sérieux. Je suis tombée malade cette nuit, évanouissement, diarrhée, vomissement, bref, tous les symptômes d’une gastro mais en plus violent. Pourtant nous avons fait attention au repas hier soir, est il possible que les étiquettes ne soient pas sérieuses? En tout cas aujourd’hui c’est un enfer. J’ai fais quelques erreurs auparavant mais mes réactions n’ont jamais été aussi violentes. Si j’ai bien compris j’attend que ça passe…
    Je voulais te remercier pour cet article, je me suis sentie moins seule…

    • Coucou 🙂

      Alors tout d’abord je suis vraiment désolée pour ton intoxication, j’espère que tu iras vite mieux :). Si tu sens que ça va pas du tout et que tu as besoin de voir un médecin, surtout n’attend pas que cela passe. Il vaut mieux consulter si tu n’es pas sûre ou que ton état t’inquiète. Seul un médecin peut vraiment te conseiller médicalement si c’est une intoxication au gluten ou une gastro. Je ne suis pas qualifiée pour prendre le risque de te dire d’attendre que ça passe :).

      Certains coeliaques peuvent mettre plusieurs jours à réagir, ce n’est pas forcément ton repas de hier soir qui est à remettre en cause. C’est un peu sournois je trouve parce qu’on se pose encore plus de question. Les produits certifiés sans gluten ne sont normalement pas à remettre en cause. Après « normalement » les industriels sont obligés d’indiquer la présence d’allergènes (dont le gluten) sur les étiquettes en gras. C’est assez tabou, la loi voudrait que je te réponde que si tu as consommé un produit « hors certification sans gluten » qui n’indiquait pas la présence de gluten sur l’étiquette, il n’y a pas de risque. Mais avec mon expérience personnelle, je dirais que le risque zéro n’existe pas. Donc je dirais avec prudence que oui, parfois les industriels ont des étiquettes non sérieuses.

      Le 31 au soir j’ai terminé mon réveillon à 22h aux toilettes, malade comme jamais, il n’y avait de gluten indiqué sur aucun des produits que j’ai consommé et aucun risque de contamination croisée car je n’ai plus de gluten dans ma cuisine depuis des années… pourtant j’étais malade… je soupçonne une terrine fortement mais je ne pourrais jamais être sûre. Sinon ça m’arrive souvent avec les sauces bolognaises.

      Il m’est déjà arrivé de réagir sur un lot de sauce en particulier et pas un autre. J’arrivais presque à me demander si personne n’avait mangé son sandwich du midi au dessus de la cuve :p. Donc il ne faut pas être parano sur les étiquettes, ne change pas ta façon de les regarder, mais il y a parfois des ratés que l’on ne maîtrise pas.

      Si tu n’es pas sûre de l’étiquette n’hésites pas à me donner la liste des ingrédients, je te dirais ce que j’en pense.

      J’espère que tu vas vite te rétablir !
      Je reste à ta disposition !
      Bon courage <3

      Mathilde

  9. Bonjour,
    Je suis papa d’une petite fille de 6 ans qui a été diagnostiqué en juin dernier par biopsie. Toute la famille suit depuis sa diète pour éviter tout risque de contamination croisée. Lors du dernier contrôle en octobre sa situation s’était fortement amélioré même si le taux d’anticorps était 6 fois plus élevé que la cible du médecin… Malheureusement, au début du temps des fêtes un accident est survenu (mais lequel???). Son énergie est retombée, ses émotions sont redevenu à fleur de peau, mais surtout, les maux de ventres ont recommencé à être difficilement tolérable pour elle. C’est donc par désespoir de trouver un moyen de calmer sa couleur que je suis atterri sur votre site. (Au passage, je voudrais vous dire que vos descriptions sont rassurante dans la mesure où me permet de constater que la réalité de ma fille n’est pas unique. Je crois aussi que certaines personnes dont la situation est diminuée par leur entourage seront réconfortée en constatant qu’il ne sont pas seul… Rare, mais pas seul 😃.) Mais trève d’appartée. Comment calmer les maux de ventre qui empêche de dormir??? Nous utilisons déjà une bouillotte. Avez vous d’autre trucs ?
    Merci pour votre très beau blogue.
    Meilleurs souhaits de bonne santé à vous et vos lectrices et lecteurs.
    Alexandre Levesque, Montréal, Québec.

    • Bonjour Alexandre !

      Un grand merci pour votre message qui me touche beaucoup ! Je me permets de vous souhaiter une très belle et heureuse année et surtout que la santé de votre petite fille s’améliore rapidement !

      C’est une très bonne chose que ses anticorps baissent même si c’est doucement cela signifie que le regime permet à son système immunitaire de se mettre au repos et ses intestins de se réparer. Cela peut prendre plusieurs mois voir années mais c’est positif !

      Pour en revenir à son intoxication, êtes vous sur qu’elle ne consomme pas de traces quotidiennement dans un aliment récent ? Pour les douleurs malheureusement je n’ai pas plus d’astuces que celles de l’article. Si cela perdure n’hésitez pas à retourner voir un médecin qui pourra peut-être la soulager un peu avec du charbon (si c’est autorisé pour les enfants, je ne sais pas trop). La plupart du temps si la source de gluten n’est plus absorbée quotidiennement les douleurs passent au bout de quelques jours donc à voir si elle n’en consomme pas par erreur (épices, chocolat, sel de table…).
      Je suis de tout coeur avec vous n’hésitez pas à me donner des nouvelles !
      A très bientôt !
      Mathilde

  10. Premier février 2013 …je suis folle , folle de douleur dans les toilettes …un déni de grossesse , possible , j’ai un corps de femme enceinte …..c’est le jour de la prise de conscience , et si c’était le gluten ? Régime drastique , une semaine passe , un nouveau corps ….j’ai une taille , les diarrhées disparaissent ….je dégonflé …au fil des ans mes (quenelles) à la thyroïde disparaissent , de moins en moins d’eczema ….toujours des douleurs articulaires et un fondement en piteux état , des accidents qui me refassent pendant plusieurs jours ….mais j’ai une vie à peu près normale depuis que je suis un régime sans gluten et sans lactose …..merci pour ce site qui me remonte le moral , je ne suis pas folle comme me l’a dit le gastrologue et je vais prendre un rendez-vous avec un de ses collègues , je pense qu’une cœlioscopie serait plus avisée qu’une psychothérapie …….merci

    • Bonjour Céline 🙂
      Merci beaucoup pour ton témoignage, tu as tout à fait raison la gastroendoscopie avec biopsie est super importante si tu réagis au régime sans gluten, cela te permettra de mettre un nom sur tes maux mais également d’effectuer un suivi correct de l’état de tes intestins au fur et à mesure de ta vie si tu es coeliaque. Si tu réagis aussi bien au régime il peut y avoir plusieurs options : la maladie coeliaque ou la sensibilité au gluten non coeliaque (qui t’autorise les traces 😉 ), c’est l’examen qui pourra donner le bon nom. Par contre je ne sais pas si ton gastro te l’a dit mais pour effectuer cet examen tu dois absolument arrêter le régime sans gluten plusieurs semaines voir mois avant la date de l’examen sinon les résultats seront faussés. Le confrère de ton gastro te guidera j’en suis persuadée 🙂
      Je suis ravie que tu te sentes mieux et non je te promets que tu n’es pas folle, sinon on est deux voir plus 😉

  11. Bonjour il m’est déjà arrivé lors d’absorption de gluten d’avoir des vomissements sanguins avec des spasmes une gastrite ( irritation du tube digestif ) pendant minimum 1 semaine et l’impression d’avoir un alien dans l’estomac avec bien sûr des épisodes de diarrhée atroce !!
    Le gluten c’est vraiment du poison pour les malades cœliaques .
    Et le docteur m’a dit que ça pourrait être pire!!!!
    Alors attention aux étiquettes !!
    Dans tout les cas une bouillotte bien chaude sur l’estomac me permet de supporter la douleur ainsi que la position fœtale

    • Bonjour,
      effectivement c’est vraiment atroce comme symptômes, j’espère du fond du coeur que vous allez mieux !
      Oui vous avez totalement raison, les étiquettes c’est le plus important et les contaminations croisées !
      C’est vrai la bouillote aide énormément et j’ai également tendance à me mettre en position foetale. Avez-vous déjà essayé les tisanes pour vous soulager ? (je sais que ça m’aide bien mais par contre je ne sais pas si c’est indiqué en cas de gastrite)
      Merci du fond du coeur pour votre témoignage !

  12. Merci pour votre article, qui me réconforte après une crise depuis une semaine à cause d un produit estampillé sans gluten contenant de l avoine. .. mon médecin était outré…
    Je m inquiétais de voir que ça a du mal à passer mais en vous lisant je vais essayer d être stricte qq temps sur l alimentation et me dire que ça va passer.

    • Bonjour,
      J’espère que vous irez vite mieux ! Oui l’avoine est un cas très particulier pour les coeliaques, il ne contient pas de gluten (raison pour laquelle votre produit était estampillé sans) et la plupart du temps est bien toléré par les coeliaques mais il contient de l’avénine qui est une protéine qui ressemble beaucoup à la gliadine du gluten. Malheureusement certains coeliaques réagissent à l’avénine car leur corps confond ces deux molécules très similaires. Personnellement, je ne réagissais pas pendant des années mais maintenant je réagis et ne supporte plus l’avoine également. Du coup il faut être plus prudent car effectivement, l’avoine ne contenant pas de gluten vous en trouverez dans certains produits estampillés sans gluten.
      Je suis de tout coeur avec vous, j’espère que vous irez vite mieux,
      A très bientôt,
      Mathilde

  13. Ce que vous décrivez c’est ce que j’ai vécu une partie mon enfance et on m’a diagnostiqué une intolérance aux légumineuses, crucifères… et éviter de manger tout simplement des crudités et des fruits crus… adorant les légumes dont les grandes salades et les fruits autant dire que je ne suit pas le truc trop contraignant, mais j’avais aussi d’autres soucis, douleurs articulaires fatigues… et il y a deux ans mon médecin qui me connait depuis peu m’a conseillé de tenter une alimentation sans gluten. Ça a changé ma vie. Arriver à 50 ans et avoir l’impression d’en avoir 80 à cause des douleurs ce n’est pas terrible.

    Je mange donc sans gluten depuis deux ans, je n’ai pas retenté les légumineuses et les crucifères, j’ai appris que les gens qui avaient des intolérances à ces aliments avaient aussi souvent des problèmes de gluten.

    Bref depuis j’ai cessé de prendre du poids, une grande partie de mes douleurs ont disparu ou sont moins intenses. Par contre, je ne semble pas avoir de soucis quand je bois une bière mais c’est tellement rare que je n’y prête peut être pas attention. Par contre quand je remange par hasard ou volontairement du gluten… les douleurs abdominales et dorsales reviennent au galop.

    • Bonjour Nathy,

      Un grand merci pour votre témoignage, je comprends tout à fait votre parcours, c’est vraiment super que vous puissiez vous sentir mieux depuis que vous avez adapté votre régime alimentaire. C’est bien le principal !
      J’espère que ça va continuer de cette façon pour vous et que les douleurs continueront de s’estomper !

      Je vous envoie plein de positif !
      Belle journée à vous
      Mathilde

  14. Bonjour,
    Je viens de lire cet article, à la recherche d astuces miracles.
    Je suis dépisté cœliaque depuis 2014. Forme atypique. Peu de symptômes digestifs. Par contre, rhumatismes articulaires, œdème, syndrome inflammatoire inexpliqué, chaîne de ganglions, et alternance de fièvre presque 39° le soir, et 35° le matin. Épuisée une vrai loque. J ai plusieurs allergies alimentaires. Je ne supporte plus aucun anti inflammatoire (donc j ai mal, je travail sur moi, méthode coué, kiné, repos)
    Je galère depuis plusieurs mois, suspicion d être réfractaire au régime sans gluten ! Je viens de découvrir , que non ! Ouf ?
    J ai consommé 2 fois, au même endroit, dans un restaurant une pizza sans gluten, certes, mais contenant du blé déglutenisé. 😭
    Donc je réagis aussi à ça !
    J attends des résultats d une prise de sang, possibilité d avoir enclenché une autre maladie auto immune, (on vérifie pancréas, foie, et fonction rénale)
    C est simple Manger = Danger !
    Il me faut 3 mois de régime strict sans aliments industriel avant de retrouver la forme.
    Je me demande si je suis la seule ?

    Bref, vive les fruits et légumes frais !

    • Bonjour Christine,

      Je suis vraiment désolée d’apprendre que tu as tous ces symptômes. C’est une très bonne chose que tu ne sois pas réfractaire au régime c’est super vraiment ! Personnellement je réagis fortement au blé dégluténisé du coup je n’en mange pas non plus. Tu as bien raison de faire d’autres tests, tu verras bien ce que ça donne. Au niveau des carences ça va tu es dans le vert ? Parce que je sais que certaines carences provoquent des douleurs qui ressemblent à ce que tu décris comme les folates par exemple.

      Je tiens à te rassurer tu n’es pas la seule, en tout cas je ne parle pas pour les autres mais pour moi oui, on est au moins deux.
      J’ai énormément de douleurs, je suis incapable de te dire ce que j’ai parce que ça fait 3 ans qu’on cherche mais qu’on ne trouve pas. De mon côté ça s’aggrave de mois en mois et ça se fait par « poussées ». Il y a de fortes chances que nous n’avons pas la même chose mais en tout cas je te comprends. De mon côté j’ai également le syndrome de Gilbert qui m’empêche de prendre des médicaments pour stopper mes douleurs. J’ai également ces syndrômes inflammatoires très particuliers avec de la fièvre un peu chaque jours depuis 3 ans, de mon côté je fais des malaises tous les jours, depuis peu j’ai de gros problèmes d’attention et de pertes de mémoire et pourtant je n’ai que 27 ans, j’ai des douleurs insupportables nerveuses et musculaires (des coups de poignard, des picotements, du froid glacial dans mes jambes et parfois je ne sens même plus mes jambes). Côté prise de sang, ma prolactine explose des records mais aucune trace de tumeur de l’hypophyse qui pourrait expliquer cela. On cherche, on cherche, c’est la raison pour laquelle j’ai ouvert la série de publication sur les complications de la maladie coeliaque parce que ça me force à chercher dans des publis scientifiques et pas n’importe où sur le web où l’on trouve des choses parfois aberrantes.
      Je te souhaite du fond du coeur de trouver ce que tu as mais quoiqu’il arrive, même si nous n’avons pas la même chose, même si ce n’est pas obligatoirement lié à la maladie coeliaque, saches que tu n’es pas seule et que je te comprends.

      Très belle journée à toi et je t’envoie plein de courage !
      Bises
      Mathilde

  15. Bonjour à tous, tout d’abord merci pour ton blog, tous tes supers conseils ainsi que les recettes. J’ai découvert ton blog début 2018 quand après des mois de galère, j’ai été diagnostiquée « intolérante au gluten » (biopsie Negative pour la maladie cœliaque mais selon mon gastro-entérologue cela pourrait encore évoluer aux vues de mes symptômes qui sont plus marqués que certains cœliaques).
    Je suis extrêmement sensible, meme aux traces de gluten et mes crises sont violentes et arrivent en général dans l’heure suivant l’ingestion (nausées, vomissements, sueurs, intestins qui se tordent dans tous les sens et me plient en deux, diarrhées avec douleurs à m’en rouler par terre).
    Pour ma part, ce qui fonctionne si par malheur il y avait du gluten caché, c’est de prendre 2 comprimés de Spasf*n suivi de 2 sachets de Smec*a. C’est vraiment la seule chose qui me soulage. Puis je mange des protéines, du riz, des légumes cuits et des bananes ainsi que du miel. En général ça s’améliore en 24h. Je ne connaissais pas la glutamine, je vais m’informer sur le sujet.
    Merci pour ces conseils car honnêtement quand ça nous tombe dessus au départ on se sent vraiment seule.

    • Bonjour !

      Un grand merci pour votre témoignage, je suis sincèrement désolée d’apprendre vos douleurs et vos difficultés ! En effet vous avez raison ce sont des médicaments qu’il est possible de prendre sur avis médical pour soulager nos symptômes en cas de crise. Tout en faisant bien sûr attention à la composition de ces médicaments, le Spasf*n contient du gluten quand il est sous forme de comprimés ! Sous forme Ly*c il n’en contient pas.
      Je vous souhaite d’aller de mieux en mieux avec le régime !
      Belle journée à vous

      Mathilde

      • Bonjour Mathilde, pardon j’aurai dû préciser, effectivement ce sont les Ly*c que je prends car effectivement ils n’en contiennent pas. D’ailleurs pour ma part, cette intolérance alimentaire est survenue après ma grossesse à 34 ans.
        Belle journée à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*