Mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

L’immunité face au gluten: mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque et physiopathologie.

L’étude de la physiopathologie et des mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque  permet d’expliquer comment le système immunitaire détruit la muqueuse intestinale chez les cœliaques en présence de gluten. Il existe d’autres mécanismes qui sont plausibles et des recherches sont toujours en cours sur cette question, je vais vous en expliquer un. Pour détailler cette hypothèse, je vais me baser sur des schémas simplifiés que j’ai réalisé à partir d’un super article du magazine Pour La Science de Février 2010. Pour pouvoir vous y retrouver dans les différents acteurs du système immunitaire que je cite, vous pouvez consulter mon article sur le système immunitaire de l’Homme.

Étape 1: premier contact entre le gluten et la muqueuse intestinale

mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

Le gluten non digéré se retrouve à la surface des microvillosités des entérocytes (cellules de la muqueuse intestinale). En temps normal, les entérocytes forment une couche de cellules jointives liées entre elles par des jonctions occlusives (JO).

Ces jonctions cellule/cellule permettent de faire barrage au passage de molécules entre les entérocytes et de maintenir l’imperméabilité de la muqueuse intestinale. Les échanges se font alors par passage de petites molécules dans les entérocytes grâce à des protéines spécifiques du transport. Ces échanges sont donc très contrôlés.

Lorsque le gluten non digéré arrive aux entérocytes des cœliaques, il provoque la libération de zonuline (Z) par les entérocytes. La zonuline est une protéine qui détruit les jonctions occlusives, entrainant une perméabilité anormale de la muqueuse intestinale.

Étape 2: l’entrée du gluten dans la muqueuse intestinale

mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

Les fragments de gluten non digérés peuvent alors traverser la muqueuse intestinale, ce qui n’est pas normal. Le gluten n’est pas considéré comme du soi, mais comme un pathogène par le système immunitaire, un intru.

Étape 3: alerte intrusion !

mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

Les entérocytes au contact du gluten sécrètent des interleukines 15 (IL-15). Ces molécules sont des molécules informatives du système immunitaire qui activent les lymphocytes intra-épithéliaux. Ces lymphocytes perçoivent l’information d’une « inflammation des entérocytes » et provoquent un début de destruction des entérocytes « infectés ».

Étape 4: étudier l’intrus pour trouver son point faible et mieux s’en débarrasser

mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

Les entérocytes endommagés par les lymphocytes intra-épithéliaux libèrent une enzyme. Cette enzyme est la Transglutaminase Tissulaire (TTG). Elle modifie alors la molécule de gluten. Comme on se trouve sur un site d’inflammation, des cellules dentritiques sont présentes et capturent le gluten modifié pour le présenter au système immunitaire adaptatif.

mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

Le gluten modifié est présenté aux lymphocytes TH1. Cette présentation se fait au niveau d’un récepteur particulier codé par les gènes de prédisposition HLA-DQ2 et HLA-DQ8.

Ceci montre que la présence des gènes de prédisposition facilite l’apparition de la maladie cœliaque. Mais cela montre aussi que le fait de porter ces gènes, ne veut pas forcément dire qu’on va obligatoirement développer la maladie. Il existe dans notre génome des séquences d’ADN de régulation qui permettent de faire s’exprimer ou non, un gène. Il est très possible de posséder le gène de prédisposition mais il se peut qu’il ne sera jamais activé et donc que la maladie ne se développera jamais.

La présentation du gluten modifié aux lymphocytes TH1 entraine leur multiplication.

Étape 5: une défense spécifique et imparable

mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

Les TH1 sécrètent des molécules spécifiques qui activent les lymphocytes T cytotoxiques qui détruisent les entérocytes. Ceci explique l’atrophie villositaire.

mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque

Les TH1 sécrètent aussi des molécules spécifiques qui activent les lymphocytes B. Ces lymphocytes B se spécifient et produisent des anticorps contre le gluten (ou plutôt la gliadine). Mais ils produisent également des anticorps contre la TTG. Ce sont ces anticorps que l’on recherche lorsqu’on fait des tests sérologiques pour le diagnostic.

Pour plus d’informations:

Enregistrer

Enregistrer

Dernière modification le 24 juillet 2017 par Mathilde

5 Replies to “Mécanismes moléculaires de la maladie coeliaque”

  1. Super article. Je viens d’être diagnostiquée cœliaque après 12 ans de souffrance. Merci pour ton magnifique blog qui je le sens, va m’être d’un énorme secours.

    • Coucou Karine 🙂 merci beaucoup c’est super gentil à toi ! J’espère que ta nouvelle vie sans gluten t’apportera un grand soulagement dans tes souffrances mais je n’en doute pas aux vues de ton diagnostic ! Comment te sens-tu depuis que tu as reçu ce diagnostic ? Ce n’est pas trop difficile à accepter ? Si jamais tu as des questions à propos du régime, des recettes ou besoin d’astuces n’hésites surtout pas en commentaire, par mail ou via les réseaux sociaux. Le blog est fait pour ça :). Je me ferais un plaisir d’y répondre si je connais une réponse bien sûr :).
      Bon courage à toi et très belle journée
      Bises
      Mathilde

      • Hello. Merci pour ta réponse. Pour l’instant mes sentiments en vers le diagnostique sont un peu mitigé. Soulagée parce que j’ai perdu 12 ans à vomir, à me tordre de maux de ventre à passer pour anorexique et boulimique etc et perdue parce qu’il va falloir prendre quelques nouvelles habitudes. Mais j’aime cuisiner alors ça sera gerable.
        Je ne manquerai pas de faire appelle à toi si j’ai des questions. Cette après-midi, je vais faire les magasins et me constituer une épicerie de base pour me concocter de bon petits plats et cramer quelques casseroles 😂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*