Débuter le régime sans gluten

Comment débuter le régime sans gluten sans se prendre la tête ?

Quand j’ai été diagnostiqué la veille de Noël, je me suis autorisée un dernier repas avec gluten. Pas pour braver mes intestins, mais surtout parce que les magasins étaient fermés. Débuter le régime sans gluten me faisait peur, mais comme dirait Faf’ Larage : pas le choix faut y aller !

Avec le recul, je me dis que ce repas m’a beaucoup aidé. Vous pourrez vous dire que j’ai profité à fond mais en fait non. Bizarrement, le fait de savoir que j’avalais en temps réel un poison pour moi, et de sentir encore ce mal de ventre a été un vrai déclic. Psychologiquement, à chaque bouchée j’avais l’impression d’avaler du pétrole (non non, je vous assure qu’on cuisine bien dans la famille). En fait, le simple fait de manger quelque chose et de savoir que c’était la cause de tous mes maux m’a totalement dégouté de ce que je mangeais. Et cette sensation m’aide quand j’ai envie de craquer pour un cheeseburger de fast-food ou une vraie pizza. Du coup, je peux dire qu’en un an et demi je n’ai jamais craqué.

Par contre, je me suis trompée au début, je mangeais parfois des choses sans savoir qu’il y avait des traces de gluten. Dans ces moments-là, croyez-moi j’étais pas longtemps dans l’ignorance, mes intestins parlaient pour moi.

Comment débuter le régime sans gluten sans se prendre la tête ?

Débuter le régime strict sans gluten, les astuces:

Alors pour débuter un régime sans gluten, il faut selon moi apprendre trois choses: savoir dans quoi on trouve le gluten, savoir lire une étiquette et savoir éviter les contaminations par traces. Et si possible être bien entouré, pour cela il y a l’AFDIAG et votre entourage (qui doit aussi apprendre ces trois choses).

Les produits qui contiennent du gluten:

Impossible pour moi de faire une liste exhaustive, mais on peut essayer de balayer large. Le gluten, on le trouve dans le blé, le seigle, l’orge, le malt, le kamut et le triticale. Attention au cas de l’avoine, vous trouverez les explications dans mon article sur le gluten. Là ça parait simple mais à moins d’avoir un régime alimentaire de poule ou de cheval, la plupart du temps on mange des produits issus de la transformation de ces céréales.

Il faut donc éviter tout ce qui est à base des farines de ces céréales (les gâteaux, le pain, les pâtisseries, les pâtes, les produits raffinés et même les Hosties). Il faut aussi faire attention aux poissons panés, les nuggets, les produits de traiteurs, quiches, tartes, pommes dauphines, pâtés en croute, les yaourts aux céréales, les biscuits apéritifs et la bière.

Lire une étiquette:

Si c’était aussi simple, ça fonctionnerait bien mais comme les défis c’est plutôt funky, les produits que l’on mange tous les jours contiennent souvent du gluten caché. C’est pourquoi, c’est hyper important de vérifier l’étiquette de chaque produit que l’on consomme. Au début, ça peut prendre du temps et décourager aussi mais vous verrez au bout d’un mois ou deux, vous serez déjà spécialistes.

J’ai  passé 2h30 pour faire mes courses au début mais croyez moi c’est indispensable. Et ne vous inquiétez pas, c’est normal. J’ai invoqué le dieu du chocolat pendant 30 min dans un rayon en vérifiant chaque étiquette pour en trouver un sans le fameux « traces de gluten ». J’ai fini par en trouver un qui ne contient pas de gluten. Je vous laisse imaginer la danse de la joie !

Il existe plusieurs écoles. Ceux qui s’autorisent à manger les produits étiquetés « traces de gluten » ou « peut contenir du gluten » et ceux qui comme moi préfèrent ne pas s’y risquer. D’après l’AFDIAG, cette mention veut juste dire qu’il n’y a pas d’information sur la présence, ni sur la quantité de gluten présent.

Quand sur l’étiquette, vous lisez: blé, gluten, orge, seigle etc, c’est interdit. Les marques sont obligées par la loi d’indiquer la présence de gluten sur les étiquettes. Si vous ne voyez rien, c’est ok. Pour vous simplifier la vie, l’AFDIAG et  la commission européenne ont édité un logo spécial « épi de blé barré » qui indique l’absence de gluten dans le produit.

Il existe beaucoup de marques spécialisées, on les trouve en grande surface et aussi en magasin bio. Les normes de teneur en gluten pour apposer le logo sont différentes d’un pays à l’autre, en France c’est <20mg/kg de gluten.

Comment débuter le régime sans gluten sans se prendre la tête ?

Une fois initiés au régime, vous pourrez faire vos propres recettes à partir de farines ne contenant pas de gluten.

Éviter les contaminations:

Les cœliaques doivent suivre un régime strict sans gluten, c’est à dire sans traces. Pour éviter la contamination, au début, j’ai totalement changé ma batterie de cuisine. L’eau et le lave-vaisselle ne suffisent pas forcément à éliminer totalement le gluten. Donc il faut faire hyper attention, surtout si vous êtes plusieurs à la maison. Il ne faut pas utiliser le même plan de travail non plus. L’intoxication aux miettes de pain des tartines des autres c’est pas tip top.

Il faut aussi faire attention dans le frigo et dans le four. Il suffit d’un rien pour déclencher une réaction et chaque réaction détruit à nouveau les entérocytes. La muqueuse intestinale se répare en 6 à 12 mois alors c’est bête de tout gâcher.

Dans mes placards, j’ai collé des étiquettes vertes et rouges sur chaque produit pour ne pas me tromper.

Les erreurs arrivent à tout le monde, j’étais même une championne ! Il ne faut pas se décourager, surtout au début, on apprend en faisant des erreurs donc lancez-vous ! Je vous jure que le bénéfice est grand. Suivre un régime strict sans gluten c’est le seul remède actuel pour se battre contre la maladie cœliaque.  Cela réduit les risques que la maladie n’en provoque d’autres comme le diabète, les dermatites herpétiformes ou des cancers. C’est très important !

Pour plus d’informations:

Enregistrer

Enregistrer

Dernière modification le 15 août 2017 par Mathilde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*